Ca y est, il est fini et me voici comme promis avec un tuto pour éclairer les débutants quant à la phase la plus délicate : la déco. Ou plutôt la phase de préparation avant la déco finale.

Je dis effectivement "délicate", car la déco représente un gros travail qui réclame beaucoup de soin et de patience. On me demande souvent comment je fais pour obtenir des finitions aussi nickel... et bien c'est tout simplement parce que je ne brûle pas les étapes. La déco ne se fait pas en une journée, mais sur plusieurs jours, à cause des temps de séchage et de ponçage entre chaque étape. Mais trève de bavardages, je vous présente déjà le guéridon, et ensuite, en avant pour le tuto !

Dsc02700gu_ridon_fauteuil Dsc02712fauteuil_et_gu_ridon

Le plateau et le socle ont été peints avec de la peinture à l'ancienne "rouge ardent" de chez Libéron. Ne la cherchez pas dans le commerce, cette couleur ne se fabrique plus. J'en avais un stock de quand j'ai relooké mon buffet art déco :

Dsc02720buffet

(euh, l'est pas en carton le buffet, hein, je précise quand même...)

Dsc02704socle Dsc02707gros_plan_socle

Le pied du guéridon a été entièrement recouvert de cire argent Libéron, et j'ai patiné le socle avec la même cire.

Dsc02690tranche_plateau Dsc027033d_plateau

Le bord du plateau, quant à lui, a été travaillé avec de l'acrylique déco 3D argent de Lefranc & Bourgeois. J'avais effectué le même travail sur le dossier du fauteuil.

Et voilà, mon petit guéridon s'inscrit parfaitement dans l'ensemble fauteuil/buffet :

Dsc02716sam

et même avec mon lustre (très kitsh, bling-bling, mais j'adore...)

Dsc02713lustre

Reste à faire un miroir (un jour...) et trouver des images à encadrer pour habiller mes murs tout nus !

Voilà, après cette parenthèse rouge, passons aux choses sérieuses : le cékomenkonfè la déco ?

Avant toute chose, je tiens à préciser que je vous livre là une des façons de faire. Il en existe effectivement plusieurs. En fait, on s'adapte en fonction de chaque meuble, de la qualité du carton, du choix de la finition (peinture, papier, enduit...). En règle générale, je recouvre toujours mes meubles de papier artisanal. C'est beaucoup plus long, plus technique, mais j'adore les travailler car ils se déclinent sous de multiples textures, et surtout, la gamme colorielle est immense. Pour le guéridon j'ai fait exception en utilisant une peinture mate que j'ai cirée. Si l'on veut peindre, il faut s'assurer d'avoir un meuble brut parfait. La peinture ne pardonne pas, elle fait ressortir les défauts. Plus elle est mate, plus on les atténue, plus elle brille et plus ils sont visibles.

Matériel :

  • Colle vinylique ou à bois, appelée aussi PVA comme Poly Vinyl Acétate (retenez bien ces 3 mots très utiles pour la vie de tous les jours et faciles à caser lors d'une conversation à un repas de famille, entre potes... ou courez dans le magasin de bricolage le plus proche de chez vous, demandez à un vendeur où se trouve la colle PVA... et regardez bien son air hagard... dans 99 % des cas, ils ne savent pas ce que c'est. En revanche, si vous atterrissez dans le magasin où je travaille et que vous demandez la vendeuse déco, ça marchera pas, parce que vous venez de voir que je sais ce que c'est...eh eh !).

  • Eau.

  • Enduit de rebouchage tout prêt ou à faire soi-même (le deuxième est moins cher).

  • kraft gommé de 36 mm de large (se vend en rouleau de 200 m, env. 6 €, dans les magasins de bricolage au rayon encadrement, dans les boutiques de loisirs créatifs ou encore magasins d'encadrement. Sa particularité : une face brute, une face pré-encollée, comme les timbres poste).

  • papier à poncer avec cale à poncer (plus pratique pour poncer).

  • gesso.

  • ciseaux.

  • et pour la déco, ici : peinture et cire.

Etape 1 :

Dsc02669PVA___enduit_rebouchage

Une fois que votre meuble est fini d'assembler, il faut masquer toutes les cannelures. D'abord parce que c'est plus propre, ensuite parce que vous renforcez le collage aux arêtes. Et puis il faut aussi reboucher les imperfections et pliures disgracieuses. Le kraft gommé sert à ça. Mais avant de procéder au kraftage, je commence par poncer toutes les arêtes afin qu'elles ne dépassent pas d'un poil de la façade, du plateau, des niches (quand il y en a), du dos etc... Alors un peu d'huile de coude et on ponce !

Dsc02643cannelures_plateau___reboucher Dsc02645vilain_pli

Après avoir poncé, je passe sur mon meuble un mélange eau/PVA (rapport 1:1). Ce mélange fait office de fondur (bouche pore) et va protéger votre carton de l'humidité à laquelle il va être soumis (entre l'enduit de rebouchage, la peinture, la colle à papier peint quand on recouvre de papier artisanal...). Ca va également permettre à l'enduit de rebouchage d'accrocher et de ne pas se débiner au moment du ponçage.

Une fois que c'est sec, on peut reboucher. Attention, sec au toucher ne veut pas dire sec en profondeur. Alors attendez quelques heures avant de procéder au rebouchage.

Dsc02646apr_s_rebouchage Dsc02649rebouchage_sec_de_plus_pr_s

Je laisse passer 12 à 24 h avant de passer à l'étape suivante.

Etape 2:

Une fois que l'enduit est bien sec, il faut procéder à un nouveau ponçage afin d'obtenir une surface complètement lisse et plane.

Dsc02654pon_age_enduit

J'essuie bien tout mon meuble pour enlever les poussières laissées par le ponçage et je peux passer au kraftage.

Etape 3 :

Voici à quoi ressemble un rouleau de kraft gommé :

Dsc02670rouleau_kraft_gomm_

Lorsqu'il n'y a pas d'arrondis, pas de problème, on encolle le kraft avec un pinceau mouillé et on vient le positionner à cheval sur les arêtes, on rabat, c'est nickel. Quand il y a des arrondis, il faut cranter une partie du kraft afin qu'il ne fasse pas d'affreux plis au moment où on le rabat. Pour ma part, je crante avant l'encollage parce que si on procède après encollage, on met plein de colle sur les lames de ciseaux, ça coupe plus, on s'énerve et on perd beaucoup de temps. Alors mon astuce consiste à plier la bande de kraft dans le sens de la largeur et à le cranter sur une moitié :

Dsc02671kraft_gomm__pli__crant_

Ensuite, j'encolle la partie non crantée, et je l'applique sur le meuble :

Dsc02673application_kraft

Une fois mis en place, j'encolle la partie crantée, et je rabats doucement en veillant à ne pas faire de plis.

Dsc02674application_kraft

Travaillez par petites bandes d'une trentaine de cm, c'est plus pratique. On couvre ainsi toutes les cannelures, tous les trous, tous les plis, toutes les jonctions :

Dsc02676application_kraft_niveau_pied Dsc02677kraftage_pied_termin_ Dsc02678dessous_kraft_ Dsc02679kraftage_intersections Dsc02680kraftage_fissure

Je déteste cette étape de kraftage car elle est longue et profondément ennuyeuse, mais indispensable.

Etape 4 :

Quand le kraft est bien sec (j'attends plusieurs heures), je ponce de nouveau dans le but d'élimer la surépaisseur du kraft. S'il n'est pas bien sec, il va s'arracher. Je ponce jusqu'à ce que le kraft et le carton ne fassent plus qu'un, à l'oeil comme au toucher (on voit bien sur la photo juste au-dessus que les démarcations sont gommées). Cette étape est là encore indispensable pour que le kraft ne se voie pas sous la déco, surtout si l'on peint.

Etape 5 :

Le "gessotage". Le gesso, kézako ? Il s'agit d'un apprêt blanc tous supports très chargé en blanc de Meudon utilisé en beaux-arts. Il sert de sous-couche d'accroche sur les supports lisses, les surfaces poreuses (bois, toiles, mdf, contreplaqué etc). J'utilise celui de Lefranc&Bourgeois (environ 11 € le litre) parce qu'il est parfaitement opaque, mat et couvrant. Donc impeccable pour finir de masquer les imperfections résiduelles.

Dsc02682gesso

Avec 1 pot, vous couvrez une sacrée surface. J'ai pu faire sans problème les 2 bureaux des enfants et d'autres bricoles.

Donc, je recouvre tout le meuble de gesso avant de passer à la déco finale. Comme j'ai peint le guéridon, j'ai effectué un dernier ponçage avant mise en peinture, très léger celui-ci, pour obtenir une surface très douce au toucher.

 

Bon, là, j'ai oublié de faire une photo, c'est balot hein. Je vous montre donc une photo du bureau d'Eléa après gessotage complet:

Dsc02119bureau_gessot_

Je laisse ensuite le meuble sécher 24 heures avant d'entreprendre la déco finale.

Voilà, vous savez maintenant comment préparer un meuble à être décoré. Laissez libre cours maintenant à votre imagination : peinture, enduit, papier artisanal, papier peint... il existe une multitude de façons de décorer un meuble en carton. Ici, le meuble est patiné. En règle générale, on vitrifie, pour protéger le meuble des rayures et de l'humidité. Pour mon guéridon, pas besoin, il a plus une fonction décorative qu'utilitaire et ne risque donc pas grand chose. De plus, la cire est un bon imperméabilisant, et en dessous, on a de la peinture, alors le carton est bien protégé.

A vous maintenant ! J'ai déjà reçu la photo d'un guéridon réalisé grâce au premier tuto (réalisation). Je suis impatiente de voir comment Christiane va le décorer. J'attends vos photos et n'oubliez pas que vous pourrez ainsi intégrer l'album que je vous ai dédié.

A vos cartons !

bisous_revolver

http://www.facebook.com/cadresetcarton